Credit Manager

Interview de Eric Latreuille, Président de l’AFDCC

Nous avons rencontré Eric Latreuille, Président de l’AFDCC, l’Association Française des Credit Managers. Il nous a livré sa vision de l’évolution du métier de Credit Manager, ainsi que les raisons qui l’ont poussé à nouer un partenariat avec Fin-Track : aller plus loin dans la transformation numérique de son association et du métier de Credit Manager en général. Pour que les entreprises françaises gagnent en compétitivité avec des Credit Managers 2.0. Explications.

Avant tout, est-ce que vous pouvez nous parler un peu de votre parcours ?

J’ai d’abord travaillé chez Euler Hermes, assureur crédit, où j’ai pratiqué l’analyse financière à haute dose. Puis j’ai ressenti que je devais rejoindre une entreprise pour progresser. J’ai rejoint COMAREG, alors leader des journaux gratuits. Outre les enjeux de recouvrement importants, il fallait être crédible vis-à-vis des commerciaux, peu habitués à être managés par des financiers. J’ai ensuite travaillé 15 ans chez Panasonic France. Nous avions une clientèle de distributeurs, de grossistes …. Il y avait une grande variabilité des risques et des visites directes auprès des clients. J’ai pu voir que le rôle de Credit Manager est aussi d’apporter des solutions et conseils aux clients. Après un passage dans le secteur de l’imprimerie, je suis parti depuis 8 ans pour un nouveau challenge chez SGD. Il fallait créer la fonction credit manager. C’est aussi ça que je recherchais. Il n’y avait pas un très grand nombre de personnes mais 5 filiales ; en France et à l’étranger.

Qu’est-ce que l’AFDCC et comment en êtes-vous devenu le Président ?

L’AFDCC est l’unique association des professionnels du Credit Management en France. Elle regroupe environ 1000 entreprises et propose un ensemble de services pour améliorer la gestion du risque clients et du recouvrement dans les entreprises. Elle propose également des formations répondant à toutes les problématiques de ce métier. On a la chance, en tant que Credit Manager, d’avoir une association construite solidement et qui date maintenant de 47 ans, centrée sur l’échange et l’enrichissement.

Concernant la présidence : à un moment où il n’y avait personne pouvant se présenter, il me semblait normal de le faire. Pour rendre à l’association ce qu’elle m’avait donnée quand j’étais jeune Credit Manager. Avec l’expérience acquise, j’ai trouvé que le moment était idéal pour lui apporter un souffle nouveau. Ou en tout cas une vision peut-être un peu différente. Toujours dans l’esprit de l’AFDCC. L’association offre l’accès à un réseau et c’est ça que je veux continuer à développer.

Que vous a apporté concrètement, en tant que jeune Credit Manager, l’AFDCC ?

Surtout une vision globale. Sur des sujets techniques pour lesquels je ne voyais pas de solution. Cela passe concrètement par les groupes de travail de l’association, qui sont organisés 10 ou 11 fois par an. De plus, en tant que professionnel, lorsque j’étais confronté à des questions ponctuelles ou techniques, l’association me mettait en relation avec des spécialistes. De l’export, du financement, du crédit, etc.

La digitalisation au service du Credit Manager

Comment voyez-vous l’évolution du métier de Credit Manager dans les prochaines années ?

Je suis assez optimiste. Quand on rencontre d’autres professionnels de la finance d’entreprise, comme par exemple des directeurs financiers (DAF), ils sont très attentifs à notre discours et très étonnés de notre contribution. En fait, on fait le pont entre la sphère financière de l’entreprise et la sphère commerciale. Pour les faire dialoguer. Ce qui peut s’avérer déterminant pour atteindre les objectifs de diffusion de culture cash d’une direction financière.

Ce dernier s’aperçoit ainsi qu’un Credit Manager est très transverse par rapport à la nature de son métier. Il peut un jour travailler avec l’informatique sur des développements, le lendemain avec le juridique et le surlendemain regarder des estimations de lignes de crédit avec les équipes commerciales

C’est donc un métier qui, à mon avis, a beaucoup d’avenir de par la palette de connaissances qu’il faut mettre en oeuvre. Pour des jeunes ou moins jeunes, des gens qui veulent se reconvertir. C’est une fonction stimulante.

Et l’impact du digital sur le métier lui-même ?

Je pense qu’il sera très favorable. Rappelons que le Credit Manager a un rôle central dans l’entreprise. Sur les comportements de paiement, niveaux de chiffre d’affaires, de rentabilité, etc. Le digital va centraliser toutes ces informations et permettre des stratégies commerciales et positionnements beaucoup plus fins.

De plus, le Credit Manager maîtrise souvent assez bien les systèmes d’information. Comme il n’y a pas de système propriétaire pour lui au départ, il les a fait évoluer. En créant des interfaces ou en s’équipant de logiciels spécifiques. Il est donc assez à l’aise avec ce genre de démarches.

Et sur la manière de travailler ?

Cela peut être extrêmement intéressant. Le Credit Manager va récupérer beaucoup plus de données. Je parlais par exemple des comportements de paiements. Le digital va lui permettre d’anticiper beaucoup plus en amont. L’analyse de données rationnelles peut par exemple fortement contribuer aux indicateurs de performance et in fine contribuer davantage à l’affinage d’une véritable stratégie sur le poste client (DSO).

Et aussi d’argumenter davantage en interne sur les motivations de ses prises de décisions. Même s’il est légitime pour les prendre, il est bon qu’il s’appuie sur des données rationnelles et de solides reportings. Et plus ils sont fouillés et divers mieux ça vaudra pour lui.

Un partenariat avec Fin-Track pour accélérer la digitalisation de l’AFDCC et sensibiliser les adhérents aux nouvelles solutions financières

Qu’est-ce qui vous a poussé, en tant que président de l’AFDCC, à nouer ce partenariat avec Fin-Track ?

Des personnes, comme notre délégué régional, m’avaient dit beaucoup de bien de Fin-Track. L’AFTE (Association Française des Trésoriers d’Entreprise) collaborait aussi pas mal avec Romain et son équipe. Pour moi c’est un signe important car l’AFTE possède à peu près le même état d’esprit, le même schéma, la même façon de travailler en partenariat que nous. J’étais donc en face de personnes validées par d’autres organismes.

En tant qu’association professionnelle, notre mission est d’informer nos adhérents  sur tous les sujets liés de près ou de loin à leur métier. Nous avons jugé pertinent pour nos adhérents de collaborer avec Fin-Track afin d’accroître notre efficacité sur le sujet des outils et services à la disposition du Credit Manager.

Ce qui nous intéressait également, c’est de faire évoluer nos outils. Par exemple, nos enquêtes de satisfaction sont encore format papier. Les faire électroniquement, c’est quand même un peu plus moderne. C’est déjà ça la digitalisation. Fin-Track est spécialiste de la collecte d’avis, l’apport technologique de leur part nous paraît aller dans le sens de l’association et de ses adhérents.  

Quels sont les bénéfices concrets de ce partenariat pour les membres de l’AFDCC ?

La connaissance de tout ce qui est dans le domaine de la désintermédiation financière, notamment via la digitalisation (plateformes, accès à des financements modernes, plus rapides….). Il y a aussi de la pédagogie à faire auprès de nos adhérents. Pour leur dire “Osez ce genre de choses”. Il faut d’avantage informer et sensibiliser aux nouveaux usages.  Et l’on avait pas dans notre écosystème un partenaire comme Fin-Track pour le faire. C’est maintenant le cas.

Les adhérents AFDCC pourront utiliser la plateforme Fin-Track. Un outil collaboratif très utile aux Credit Managers. A mon sens, il y a deux bénéfices pour nos adhérents :

  • Un gain de temps : Un état des lieux complet des solutions qui existent
  • Le partage d’expérience : nos adhérents pourront donner et voir les avis de leurs confrères sur les solutions qu’ils utilisent. Tout ceci pour identifier les bonnes pratiques et prendre des décisions avec toutes les informations nécessaires.

Est-ce que vous pouvez nous présenter en quelques mots les grandes lignes de ce partenariat ?

Il y a d’abord un travail d’information sur la multitude de solutions nouvelles qui  existent, notamment liées au financement du BFR. Qui ne sont pas très connues par nos adhérents. Ce travail passe par l’animation de notre réseau, notamment à travers l’organisation de manifestations à Paris et en Province. Du contenu informatif pour les professionnels sera également produit en commun.

Ensuite, il y a la création d’une commission “innovation”, qui permettra plus de fluidité de l’information au sein de l’association sur les nouveaux outils pour les Credit Managers français.

 

Merci à Eric Latreuille, Président de l’AFDCC, pour cet entretien.

 

Article utile ?

Partager :

Thomas Julia

A propos de l'auteur,

Thomas vous apporte son expertise en relations publiques et marketing digital, acquise lors des dix dernières années à Bruxelles, Paris et Barcelone. Toujours à l'écoute de vos besoins pour y répondre de manière la plus efficace possible.

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en relation :